Poster un commentaire à la suite de l'article...

lundi 30 mars 2020
par  Jean-Paul Liégeois

Le petit machin et les cons finis

var _gaq = _gaq || [] ; _gaq.push([’_setAccount’, ’UA-18745486-1’]) ; _gaq.push([’_trackPageview’]) ; (function() var ga = document.createElement(’script’) ; ga.type = ’text/javascript’ ; ga.async = true ; ga.src = (’https:’ == document.location.protocol ? ’https://ssl’ : ’http://www’) + (...)

En réponse à...

Logo de Dominique
lundi 30 mars 2020 à 08h27 - par  Dominique

À force de se faire peur avec l’épuisement des ressources, le réchauffement climatique ou encore la disparition des espèces, on sentait presque l’Occident résigné à une dictature écologique pour le bien commun… Sauf qu’on n’attendait pas un dictateur de la taille de COVID-19 qui, du haut de ses 150 nanomètres, met un à un tous les dirigeants de la planète à genoux, boucle un tiers de l’humanité chez elle, retourne l’économie mondiale et semble bien décidé à réduire sensiblement la taille du troupeau des hommes.

Dans ce contexte, l’heure n’est plus à savoir qui a la plus grande armée, les plus grandes réserves de pétrole, le plus gros PIB ou le plus grand pouvoir d’achat, l’heure est à savoir qui a les meilleurs hôpitaux avec assez de lits, de masques et de personnel soignant, qui a les chercheurs les plus performants : tant de choses qui étaient jusqu’ici reléguées au second plan des priorités politiques et qui redeviennent primordiales.


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)