Le Trou du Vent

dimanche 7 octobre 2012
par  Jean-Paul Liégeois
popularité : 8%

Mise en ligne initiale : 18 avril 2010, mise à jour (de l’oeil de la Fontaine au Trou du Vent) : 7 octobre 2012
www.bouzic-perigord.fr

La plus grande cavité de Dordogne

Le Trou du Vent s’étend sur 10800 mètres et est la plus grande cavité de Dordogne.

Le trou d’entrée a été découvert à la fin du XIXième siècle par M. Rougraud, instituteur à Bouzic, en enlevant des pierres au milieu d’une vigne, attiré par de la "fumée". C’était en fait l’air sortant du trou qui se condensait vu la basse température du moment.

JPEG - 107 ko
L’aven du Trou du Vent


En 1903, avec l’aide du curé Delpech, une compagnie de Limoges a exploré le Trou du vent et a découvert qu’il menait à un vaste réseau de galeries souterraines qui a pris le nom de Trou du Vent. Le Trou du Vent a ensuite été fermé par la Mairie. Dans l’entre-deux guerre, les Bouzicois ont exploré le Trou du vent en y descendant avec une nacelle frustre et des cordages. Gilbert Marzat de Langlade, agé actuellement de plus de 80 ans y est descendu plusieurs fois.

JPEG - 24.8 ko
Gilbert Marzat

Le Trou du Vent est un gouffre potentiellement dangereux de par la présence d’une rivière souterraine et par le fait que la plus grande partie de l’écoulement est libre. La rivière peut donc qui peut gonfler très vite en cas d’orage. En 1973, un spéléologue a écrit suite à une visite au Trou du Vent : "Nous avons fait à peine dix mètres qu’un bruit sourd se fait entendre derrière nous, un bruit qui nous arrive dans le dos, accompagné d’un souffle d’air. C’est la vague de crue qui nous rattrape, un mur d’eau déferle droit sur nous, gicle sur les parois dans un bruit d’enfer…’’

JPEG - 14.7 ko
Dans le Trou du Vent, la boue n’est pas rare !
JPEG - 314 octets

Après guerre, surtout entre 1960 et 1975, le Trou du Vent a souvent été visité par des spéléologues professionnels et amateurs.

JPEG - 32.4 ko
Une Planche à Clous du Trou du Vent
Jean-Pierre Bitard, spéléologue
Photo Christian Carcauzon http://argentine24.blog4ever.com/ph...


Cet afflux des visiteurs a engendré une série de dégradations et augmentait le risque d’accidents en particulier avec les amateurs pas toujours conscients du danger. En 1976, cela décida le Comité Départemental de Spéléologie de la Dordogne (CDS24) en accord avec la Mairie de Bouzic de fermer l’aven d’entrée par une grille permettant de contrôler les entrées.
A partir de 1990, le nombre de visites a néanmoins fortement augmenté et de surcroît des genres de tour opérator monayait leurs services pour la visite du Trou du Vent.

JPEG - 29.2 ko
Trou du Vent, galerie paragénétique.


Le Trou du Vent ne peut plus être visité depuis 1995.

En conséquence de ce qui est décrit plus haut, d’autant plus qu’elle était pénalement responsable des éventuels accidents qui pourraient se produire, la Mairie de Bouzic a décidé en 1995 d’interdire toute visite au Trou du Vent.


JPEG - 74 ko
Une cheminée du Trou du Vent
Raymon Dordognin, spéléologue.
Photo Christian Carcauzon http://argentine24.blog4ever.com/ph...




De l’oeil de la Fontaine au Trou du Vent


En 1979 et 1980, Christian Ussel, de St Martial de Nabirat, passionné de spéléologie et membre du spéléoclub de St Céré, a invité plusieurs plongeurs spéléo à Bouzic.

JPEG - 254.9 ko
Août 1980, plongée dans l’oeil de Fontaine ! (photo C. Ussel)


Le but de cette équipe interclub provenant de St Céré, Brive, Toulouse, Massat etc) était de franchir le siphon représenté par la Fontaine de Bouzic et de tenter d’atteindre les galeries du Trou du Vent par cette voie. Sans garantie aucune de succès, ce groupe avait en fait surtout pour buts de se réunir sur un nouveau site représentant un défi et de tester du nouveau matériel. Le siphon de la Fontaine s’est avéré bouché mais par du matériel pouvant être enlevé puisqu’il s’agissait de galets, gravier et sable amenés par la rivière souterraine lors de ses crues. Les plongeurs se sont donc relayés pour déboucher le passage, ce qu’ils ont finalement réussi à faire. Le passage ainsi ouvert n’était pas aisé : le plongeur devait se séparer de sa bouteille et passer "en décapelé" en poussant sa bouteille devante lui pour la suite du trajet. Potentiellement dangereux, ce n’était donc pas à la portée de tous !

JPEG - 314 octets
JPEG - 210.7 ko
Un équipement adapté (photo C. Ussel)
JPEG - 204 ko
C’était en période d’étiage (photo C. Ussel).
JPEG - 314 octets


JPEG - 216.3 ko
Peu de courant mais des végétaux (photo C. Ussel)


Les plongeurs de ce groupe ont ainsi pu remonter quelque peu le fil du siphon et une première salle en air. Par manque de temps, ils ne sont pas allé plus loin. Préparatifs et débouchage avaient pris beaucoup de temps.
Bien sûr, la nouvelle de ce passage s’est vite répandue dans le milieu spéléologique et d’autres groupes sont venus à la Fontaine de Bouzic pour retenter le passage et valider la jonction. L’année suivante, l’ancien réseau a été atteint, il était donc possible de passer de l’œil de la Fontaine dans les galeries du Trou du Vent ! Depuis 1995, l’accès aux galeries du Trou du Vent est interdit, que ce soit par le Trou du Vent ou par l’œil de la Fontaine.

JPEG - 215 ko
Ce fut une belle journée familiale ! (photo C. Ussel)